the ugly one

un très grand moment - une mémorable journée....


j'ai pris mon courage à deux mains et je me suis penchée sur le fonctionnement des deux machines "Cover" à ma disposition. Ceci pour parer les deux tuniques (destinées à mon adorable fille) des finitions irréprochable. Ben oui, si c'est pour moi, je peux à la rigueur fermer un ou deux yeux, quoique....



Et maintenant que le temps n'est plus le principal problème - plus d'excuses non plus. Si pour la première tunique, réalisée dans un jersey plutôt fin, la "diva" (j'ai nommé la récente Bernina 1300 MDC) a fait son travail plus ou moins correctement - pas moyen de la motiver pour un jersey que j'ai envie d'appeler "double" - un peu plus épais donc.



À deux doigts de tout balancer par la fenêtre ... je me suis rappelée de la vieille et vilaine "Cover & Chain" qui dort sur l'étagère, son âge et sa laideur dissimulée sous une housse cousue main. La photo ne le montre pas, mais la pauvre est toute jaunie ce qui n'améliore en rien son aspect un peu "simple".



Dans un premier temps, rien à faire. Des points sautés, les fameux "skipped stitches" que toute "revouvreuse" connaît, j'en suis persuadée.





Allez, un dernier essai avant de tout balancer par la fenêtre: je sors les aiguilles (elles-mêmes rescapées de justesse d'un sort similaire, voici quelques mois) ELX705. Je ferme les yeux sur l'avertissement lu et relu qui dit "d'impérativement vérifier si ces aiguilles sont compatibles avec votre modèle de surfileuse, recouvreuse" - Je sais bien que ce n'est pas le cas. 


Et là, le miracle se produisit : des coutures impeccables et une utilisatrice comblée. Même plus peur de me lancer dans les prochaines opérations d'ourlets "professionnels". Ah, des fois ça a du bon d'être supertêtu(e).... lalala



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire